23 octobre 2014

Date et lieu

Jeudi 23 octobre 2014, de 12h à 13h30 au Pavillon des Sciences de l’éducation, salle 182

Présentation

  • Allassane YEO: Candidat au doctorat en droit

Discutants

  • Paule Halley: Professeure titulaire, Faculté de droit
  • Guy Marcel Nono: Candidat au doctorat, Faculté de droit

Résumé

Consciente que les changements climatiques sont une menace bien réelle, la communauté internationale, sous les auspices des Nations Unies, a adopté en 1992 à Rio une Convention cadre. Les réponses apportées par cet instrument juridique aux changements du climat sont au nombre de deux : ATTENUER et/ou s’ADAPTER. Mais force est de constater que depuis son entrée en vigueur en 1994, l’adaptation, «attribut» essentiel des pays en développement, est demeurée pendant longtemps le parent pauvre du débat au profit de l’atténuation. Notre modeste réflexion consistera à porter un regard analytique sur le dispositif juridique mis en place pour assurer l’adaptation des populations, plus particulièrement  celles vivant en Afrique de l’Ouest.