7 avril 2015

Date et lieu

Mardi 7 avril 2015, de 11h30 à 14h45 au Pavillon Charles-De Koninck, salle 3470

Introductions aux débats

  • Francesco Cavartota, professeur, Département de science politique
  • Manon Mazenod, étudiante en études internationales
  • Maziar Jafary, étudiant en sociologie

Résumé

Tout commence en février 2011 dans la ville de Deraa, située au sud de la capitale Damas. Ce qui avait commencé comme des protestations pacifiques se transforme très vite en conflit armé. Bachar al Assad s’agrippe à son pouvoir et entend bien rester légitime en Syrie. Face à lui, les forces de l’opposition de l’Armée Syrienne Libre qui s’acharnent à faire tomber son régime et une multiplicité d’acteurs dans le conflit. Quelles solutions peut-on alors envisager pour parvenir à une fin des hostilités sur le territoire syrien? Plusieurs représentants politiques annoncent vouloir dialoguer avec Bachar al-Assad concernant une transition politique en Syrie (John Kerry, élus français) et d’autres experts appellent en premier lieu au règlement du conflit en Syrie pour endiguer et résorber l’EI qui surfe sur la vague des États faillis. Faut-il alors compter Bachar al-Assad parmi les acteurs de la résolution du conflit en Syrie? Mettre un terme au conflit syrien signifie-t-il coopérer avec le régime alaouite, régime autoritaire en place depuis 45 ans pour reconstruire un État viable? Existe-t-il une fin à cette guerre civile? Quelles sont les issues possibles, les solutions à appuyer?