1er décembre 2016 (date limite)

Appel à communications pour un atelier sur la Russie au Moyen-Orient organisé prochainement dans le cadre des congrès combinés des associations de science politique francophone (CoSPoF) et de la société québécoise de science politique (SQSP), lesquels se tiendront à l’Université du Québec à Montréal (UQAM, Canada) du 17 au 19 mai 2017.

L’échiquier moyen-oriental au prisme de la Russie: apports, limites et enjeux de la politique étrangère russe au Moyen-Orient

Depuis l’éclosion des Printemps arabes, la scène moyen-orientale connaît une mutation majeure de ses structures socio-économiques et de ses institutions politiques, dont les principaux symptômes sont un renversement des équilibres antérieurs et un reformatage séquentiel des alliances régionales. Face à cette situation potentiellement déstabilisatrice, la Fédération russe s’est particulièrement impliquée ces dernières années – d’abord en Égypte et en Libye, puis plus récemment avec son intervention militaire en Syrie – dans la recherche d’une stabilisation durable et pacificatrice à l’échelle régionale.

Or, l’impression la plus répandue en Amérique du Nord et en Europe est que la montée en puissance de la Russie au Moyen-Orient s’opère au détriment des intérêts stratégiques des Occidentaux. Sous les auspices de Vladimir Poutine, ce nouveau «Grand jeu» à somme nulle s’inscrirait plus spécifiquement dans l’objectif de reconquête d’un statut de grande puissance pour Moscou. Cette profondeur d’entendement, au demeurant largement partagée et plébiscitée dans la presse occidentale, correspond-elle à une réalité tangible sur le terrain? La dynamique russe actuellement à l’œuvre au Moyen-Orient est-elle la résultante d’une conjoncture éphémère fondée sur de strictes visées pragmatiques et tactiques ou le produit des profondes mutations qualitatives dans la conduite de la politique étrangère russe? L’implication croissante des Russes dans cet espace régional survivra-t-elle aux tribulations économiques dont semblent pâtir l’économie russe?

Cet atelier, qui se voudrait interdisciplinaire, entend apporter de premières réponses à ces interrogations. Il s’agira en définitive d’enrichir et d’amplifier une réflexion déjà féconde autour de la politique étrangère russe au Moyen-Orient en examinant notamment les rapports qu’entretient Moscou dans la région. Ainsi, l’accent sera mis plus spécifiquement sur les études empiriques portant sur les relations bilatérales (Iran, Israël, Turquie, Égypte, Syrie, etc.) ou des aspects d’ordre plus sectoriels (énergétique, économique, militaire, sécuritaire, socioculturel, etc.).

Les personnes intéressées à participer à cet atelier en tant que panélistes sont priées de faire parvenir leur(s) proposition(s) de communication avant le 1er décembre 2016 à Erik Burgos (burgos.erik@courrier.uqam.ca) ou à Clément Therme (clement.therme@iiss.org) en prenant soin d’indiquer:

  • le nom de l’auteur (ou des auteurs);
  • l’affiliation institutionnelle et l’adresse électronique de l’auteur (ou des auteurs);
  • le titre et, en 250 mots, un  résumé de la communication.