Jeudi 20 avril 2017 de 15h à 17h au Pavillon Alphonse-Desjardins, salle 2320

Affiche de l’activité

Évènement sur Facebook

Résumé

Plus de six ans après le printemps arabe, le cas tunisien semble constituer une exception dans la région. Comment ce pays a-t-il pu mener à terme un processus de transition démocratique? La révolution pacifique suivie de la justice transitionnelle qu’a connue la Tunisie peut-elle aboutir à une réconciliation nationale? Quelles doivent être les stratégies à adopter par le gouvernement d’union nationale devant les défis économiques, sociaux et sécuritaires notamment marqués par la menace terroriste et l’instabilité en Libye et ailleurs dans la région? Dans ce contexte, quel est le rôle pour le parti Ennahdha dans la réussite de la transition? La cohabitation entre l’islam et la démocratie est-elle possible? Cette conférence sera l’occasion de discuter de ces questions qui aident à définir le modèle tunisien et sa place privilégiée dans les mutations que connaît le monde arabe sur la voie de la liberté, la dignité, la justice et la stabilité.

Conférencier

  • Karim Harouni est président du Conseil national du parti Ennahdha, membre du gouvernement d’union nationale qui dirige la Tunisie. Il a aussi été ministre des transports dans le premier gouvernement tunisien élu après la révolution du Jasmin (gouvernement de la Troïka).

Modérateurs

  • Mourad Chabbi est professeur invité (science politique) à l’Université Laval. Il est enseignant-chercheur au Cerdap2 (Centre d’Études et de Recherche sur la Diplomatie, l’Administration Publique et le Politique) de l’Institut d’Études Politiques (IEP) de Grenoble et chercheur associé à l’IRSEM (Institut de Recherche Stratégique de l’École Militaire) de Paris.
  • Nidhal Mekki est candidat au doctorat en droit, Université Laval.
  • Pietro Marzo est doctorant en science politique à l’Université Laval. Il étudie actuellement la dimension internationale de la transition tunisienne vers la démocratie. Il a récemment publié une note de recherche avec Francesco Cavatorta sur la contribution d’Ennahda au processus de transition en Tunisie.